La pratique du débat en histoire-géographie et éducation civique

Débat en classeIl y a deux ans alors que je préparais le CAPES, je devais effectuer un mémoire de didactique. Mon mémoire s’intitulait : « la pratique du débat au collège, en histoire-géographie et éducation civique « . Depuis, je fais débattre mes élèves en classe: en éducation civique, en géographie mais aussi en histoire.

Pour quoi faire débattre les élèves ?

Parce que bien souvent en classe, lorsqu’on donne la parole à un élève c’est pour lui demander de reformuler des notions du cours, de répondre à des questions du professeur, de lire un texte, de formuler des questions ou des réponses, etc. C’est rarement pour que l’élève s’exprime et développe librement son avis.

Le débat permet d’initier l’élève à l’usage de la liberté d’expression, à la confrontation à l’altérité, au développement de son esprit critique, à l’apprentissage du vivre ensemble. Le débat est une véritable formation à la citoyenneté.

Pour faire participer les élèves à la construction d’un savoir, avec le débat, le professeur ne détient plus l’exclusivité de la construction du savoir, puisqu’il rend actif les élèves en les impliquant. Il ne détient plus, non plus, le monopole de la parole, qu’il partage avec les élèves.

Comment mettre en place des débats en classe?

Je conçois le débat en tant qu’ enseignement à part entière et en tant qu’outil/support d’apprentissage. Le débat peut servir de trace écrite ou d’outil pour préparer la trace écrite.  De fait, avec toutes mes classes, je fais des débats durant toute l’année scolaire.

En début d’année, avant de commencer un chapitre d’éducation civique, je fais une séance intitulée « le débat: intérêts et règles ». Durant la première partie de la séance, les élèves doivent établir les règles de conduite à adopter lors d’un débat, une sorte de « charte débat » pour chaque classe. Ils doivent répondre collectivement à 5 questions (Qu’est-ce-que le débat? Comment doit-il être organisé? Quels sont les avantages du débat? Quels sont les inconvénients? Comment je dois me comporter si je suis débatteur, animateur, dans le public ou professeur?). Durant l’élaboration de cette charte, je veille bien à ce que les élèves comprennent (et c’est noté dans la charte) qu’en tant que professeur, je ne dois pas intervenir pour ne pas les influencer. A la suite de cela, je les fais débattre pour mettre en application une première fois la charte que la classe vient d’élaborer.

Lors de la 2ème séance, je leur passe une vidéo montrant la cacophonie à l’Assemblée nationale lors d’un débat. Je leur précise que c’est un contre exemple de comment il faut réagir pendant un débat et qu’ils ne doivent en aucune façon réagir ainsi lorsqu’ils débattent en classe.

L’animateur du débat peut être le professeur ou un élève.  Si ce sont des débats en classe entière c’est généralement moi qui est les anime. Si je désigne 4 élèves pour venir au tableau et débattre, je choisis un élève pour faire l’animateur. Lors des débats en classe entière, tous les élèves participent. Lorsque 4 élèves sont désignés pour passer au tableau, le public (la classe) n’intervient que si l’animateur l’invite à la parole.

La préparation des arguments

Il n’y a pas de formule type. Généralement, je demande aux élèves de chercher les arguments pour deux avis contraires. Cela peut se faire en classe, individuellement, en travaillant avec son voisin, en travail de groupe ou à la maison. Ce n’est que vers le milieu de l’année où je les autorise à chercher des arguments en fonction de ce qu’ils pensent réellement. Il m’arrive aussi de répartir la classe en groupes et d’imposer que chaque groupe travaille sur une position précise.

Évaluation

A chaque fois que nous faisons un débat, je consacre toujours quelques minutes pour que la classe effectue une critique sur le débat qui a eu lieu. « X. n’a pas parlé assez fort. Ils tournaient un peu en rond, l’animateur aurait dû les recadrer » etc.

A la fin de l’année, tous les élèves ont intervenu lors d’un débat. Si je décide de leur attribuer une note spécifique à cette exercice, je nomme 4 élèves observateurs à chaque débat qui évaluent leurs camarades sur l’écoute, la clarté du propos, la solidité des arguments et s’ils ont été actifs ou non pendant le débat. Ceux qui ont parlé pendant un débat doivent remplir une fiche d’auto-évaluation.

Les résultats?

Au fil du temps les élèves prennent de l’aisance et s’approprient du dispositif d’enseignement mis en place. Ils apprécient de donner leurs avis et de confronter cet avis à celui de leurs camarades.

Les élèves sont actifs et motivés :  ils débattent entre eux,  échangent, s’interpellent et tout cela, en parfaite autonomie.

Le professeur ne transmet pas seulement le savoir, il guide les élèves sur l’usage qu’ils peuvent faire du savoir (l’esprit critique).

Les élèves parviennent à comprendre que ce qui est important c’est n’est pas d’avoir raison mais de pouvoir se confronter à l’autre en défendant un avis par des arguments solides.

Une parole plus libérée en classe

Les élèves savent qu’ils ont le droit  de donner leur avis et par conséquent ils ont tendance à donner leur avis sur tout. Souvent, alors que nous ne sommes pas en situation de débat, je vois les élèves débattre entre eux et rebondir sur les dires de leurs camarades.Débat en classe

Donner la parole libre aux élèves c’est prendre le risque d’entendre parfois ce qu’on a pas envie d’entendre. Il faut accepter cela. Mais souvent les élèves réagissent et se manifestent pour dire qu’ils ne sont pas d’accord. Ma tactique désormais lorsque j’entends un propos choquant d’un élève : demander aux camarades s’ils sont d’accord. Généralement, l’élève se fait recadrer par ses camarades sans que je n’ai besoin d’intervenir davantage.

Exemples de débats pratiqués en classe

6ème :

  • Le collégien : « que faut-il faire pour réussir au collège? » (en conclusion de chapitre)
  • Habiter la ville : « est-il préférable de vivre en ville ou à la campagne? » (en introduction du chapitre)
  • L’enfant, un mineur : « un bon parent est-il un parent qui autorise tout? » (en introduction du chapitre)
  • L’organisation de la commune et le fonctionnement démocratique : « un conseil municipal : comment mieux gouverner la ville? » (jeu de rôle pour expliquer le fonctionnement d’un conseil municipal)
  • Habiter les espaces à fortes contraintes : « La réunion, un espace à fortes contraintes ou une île aux nombreux atouts? » (trace écrite)
  • Les origines de Rome : « l’histoire de Romulus et Rémus est-elle vraie? » (pour construire la notion de légende)
  • L’organisation de la vie politique à Rome : « quel est le meilleur système politique, celui de Rome ou celui d’Athènes? » (pour distinguer les spécificités de l’organisation politique à Rome)

5ème :

  • Les discriminations : « Dire d’une personne qu’elle est noire, rousse, etc… est-ce que c’est de la discrimination? » (en introduction)
  • L’égalité, une valeur en construction : « les Français sont-ils égaux? » (en introduction)
  • Les identités multiples d’une personne : « l’identité est-elle naturelle ou construite? » (en conclusion de chapitre)
  • La croissance de la population et le développement durable : « que faire pour répondre durablement aux besoins d’une population croissante? » (en conclusion )
  • L’émergence de l’État en France : « qu’est-ce-qui participe le plus à la formation de l’État royal au Moyen-Âge »? (en conclusion)
  • Tous différents mais égaux : « comment lutter contre le harcèlement à l’école? » (pour préparer un travail sur des affiches contre le harcèlement)
  • La pauvreté dans le monde : « qu’est-ce qu’être pauvre? » (en introduction de chapitre)
  • Gérer les Océans et leurs ressources : « comment régler le conflit de la pêche aux crevettes à Madagascar? » (conclusion de l’étude de cas)

4ème :

  • Le droit, la justice : « la loi est-elle contraignante ou source de liberté? » (en introduction et en conclusion du chapitre)
  • Les facteurs de la puissances des Etats-Unis : « qu’est-ce-qui illustre le plus l’hyperpuissance américaine, son softpower ou son hardpower? » (préparer la trace écrite)
  • Le droit régit les règles en société : « dans le cadre des caricatures de Mahomet, que doit faire le droit?  » (demander aux élèves de se positionner entre droit à la liberté d’expression et droit de culte)
  • Les puissances émergentes : « la place des États-Unis dans la mondialisation est-elle menacée? » (conclusion de chapitre)
  • La justice des mineurs : « doit-on mettre les mineurs en prison? »
  • La Révolution et l’empire : « le sacre de Napoléon: une rupture ou une continuité avec l’Ancien Régime? » (travail en HDA sur le sacre de Napoléon)
  • Les lieux de commandement : « qu’est-ce-qui est le plus influent dans la mondialisation : les ports ou les métropoles »?

 

Publicités
Catégories : Dans ma classe, Travailler dans la collaboration, Travailler l'oral | Étiquettes : , , , , , | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “La pratique du débat en histoire-géographie et éducation civique

  1. Pingback: Des idées de débats à mener en classe | Blog Histoire – Géo

  2. Pingback: La pratique du débat en histoire-g&eacut...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :